l' Esquive de troie

vendredi 5 février 2010

Durée Limitée

Quand les mois semblent des semaines,
les semaines, des jours,
les jours des heures,
les heures des minutes,
les minutes des secondes,
et les secondes qui défilent et se figent.
Quand tout n' est que compte à rebours,
que rien ne s' égraine,
que la peau se craquèle..
Quand les mots n'ont plus de sens
et que le sens n'est que chimère..
Que le coeur ne se bat plus
que la raison se rompt..
Que les draps absorbent la poussière..
Que j'expire et que le disque saute
et s' use encore un peu plus.

Posté par decroissance à 03:01 - Commentaires [0] - Permalien [#]


vendredi 22 janvier 2010

La Mer

" Et quand le jour arrive
Je deviendrais le ciel
Et je deviendrais la mer
Et la mer va venir m'embrasser
Pour que j' aille à la maison
Rien ne pourra plus m'arrêter maintenant "

Posté par decroissance à 04:57 - Commentaires [0] - Permalien [#]

mercredi 6 janvier 2010

Berceuse

" Dix petits moutons qui courraient dans la neige.
Tout blanc, tout blanc, le jolie manège.
Dix petits moutons qui courraient dans la neige,
y en a un qui fond ça fait neuf petits moutons... "

Posté par decroissance à 02:10 - Commentaires [0] - Permalien [#]

mardi 5 janvier 2010

Secret

Je ne peux pas lui conter toute ces choses.
La souffrance n' a jamais relié ni même n' est synonyme de réparation.
Je suis partie, et même après toutes ces heures
je te sens qui rôde autour de moi.
Je ne m' amusais pas de toi, je languissais l' après
parce que notre après est un "on" déguisé en "nous" qui s' achève.

Posté par decroissance à 04:03 - Commentaires [0] - Permalien [#]

lundi 4 janvier 2010

Guillotine

Je ne parle pas comme j' écris.
Je suis nerveuse et d' une maladresse blessante.
Je ne m' enfonce pas, je suffoque dans les justifications.
Et je perçois alors dans le regard de mon interlocuteur
ce que je ne vois pas présentement dans tes yeux..
( l' éloquence comme mon orthographe ).

Posté par decroissance à 02:43 - Commentaires [0] - Permalien [#]


dimanche 3 janvier 2010

Past

Comme une enveloppe décacheté
j' écoutais ton unique message et apprenais chaque syllabe de ta voix..
spontané, hésitante, courageuse par instant
et j' en faisais mon évasion de consolation,
à chacun de tes souffles je vascillais dans le rêve que tu me décris une nuit..
J' espère te revenir avant que ta patience ne s' effeuille.

Posté par decroissance à 00:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]

samedi 7 février 2009

06/02/09 ~ 12:49

Sombre était le temps qui peignait le sol.
Et pendant une minute, trente et une seconde
la grêle cognait notre sphère. Figée.
Toutes les chansons ont une fin.
Cela n'empêche en rien l'agréable frisson.

Posté par decroissance à 09:49 - Commentaires [0] - Permalien [#]

dimanche 11 mai 2008

Message

Je viens de revenir, peut importe d'où..
Je t'aperçois une fois de plus,
errer sur cette béquille virtuelle.
Mes lèvres vacillent mais ne chuchotent qu'à mes pupilles
de tourner, tellement les mots me manque.
Je peine toujours à panser les plaies intérieure
des personnes qui m'affectent.
Je viens de parcourir un peu de tes écrits.
Je ne sais pas si c'est le soir ou tes maux plus particulièrement
mais ils me bousculent une fois encore.
Et même si je ne suis qu'un contact vitreux, une piètre amie..
sache que tu me touche et que je ne t'oublie pas.

Posté par decroissance à 20:58 - Commentaires [0] - Permalien [#]

lundi 4 février 2008

l' Anniversaire passé

J'aurais bien voulu culpabiliser de m' être endormie juste avant minuit, ou bien d' être la dernière de cette journée à te le souhaiter. J'étais aux bords de te céder à ces trois jours; et mon départ à scellé ton absence. Ce visage et son regard figé a ma mémoire transcrivait il une hypothétique préméditation? Cette distance aussi épaisse soit elle attise mes pensées. Ce n'est pas une hystérie collective qui se joue dans ma petite tête, simplement qu'elle tourne. Une pensée justement vacillante pour Marc* me remmènera à toi pour un temps encore. Je considère être libéré des promesses faites à ton égard. Nous ne sommes donc plus. Il n' en restera seulement que.. toi   et moi.



* Personnage littéraire.

Posté par decroissance à 18:09 - Commentaires [0] - Permalien [#]

mardi 22 janvier 2008

Escamoter les maux

Comme un glaçon qui ne fond pas. Il est en plastique?! La technologie contemporaine tenant dans un verre. Un fond de verre ou juste en dessous.  Le dessous de verre qui ne sert que les conséquences détails. Ce verre qui le sert. Il s'en offre aux souhaits des vagues. Tout dans un contenue qui le dessert. Il a toujours su ce saboter jusqu'au bout.

Posté par decroissance à 18:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]